Les volcans du Laki

Le 8 juin 17833,4, une fissure de 27 kilomètres de longueur composée de 115 cratères s’ouvre.

Ensuite l’éruption devint moins explosive, passant à un mode strombolien puis plus tard à un mode hawaïen avec des niveaux élevés d’effusion de lave.Les 8 mois d’émission de gaz sulfurique provoquèrent une des plus importantes perturbations climatiques et sociales du dernier millénaire.

L’éruption, aussi connue sous le nom de Skaftáreldar (« feux de la Skaftá »), produit environ 15 km3 de lave basaltique sous la forme de coulées de soixante kilomètres de longueur qui recouvrent une surface de 565 km22, les cendres ont recouvert une surface de 8 000 km2.

On estime que des fontaines de lave ont atteint des hauteurs de 800 à 1 400 mètres. Les gaz furent emportés par la convection de la colonne d’éruption à des altitudes de quinze kilomètres. Les aérosols créés provoquèrent alors un refroidissement dans tout l’hémisphère nord.

L’éruption se poursuit jusqu’au 7 février 1784 mais la majorité de la lave fut éjectée dans les cinq premiers mois. Le volcan Grímsvötn, duquel part la fissure du Laki, était aussi en éruption de 1783 au 26 mai 17853. L’épanchement de gaz, dont 8 millions de tonnes de fluor et 120 millions de tonnes de dioxyde de soufre, donne naissance à travers l’Europe à ce qui est connu sous le nom de « brouillard de Laki ».

Conséquences en Islande

L’éruption provoque la plus grande catastrophe naturelle de ce pays, d’importante superficie sont noyée sous les laves, les cendres volcaniques contaminent les pâturages avec le fluor qu’elles contiennent. Une importante partie du cheptel du pays meurt d’intoxication, représentant la moitié des bovins ainsi que les trois-quarts des ovins et des chevaux. Cette intoxication est provoquée par fluorose dentaire ou osseuse dues aux huit millions de tonnes de fluor contenues dans les cendres Il s’ensuit une famine chez la population qui entraîne la mort de 25 % de la population islandaise de l’époque, ainsi qu’un important exode.

Le prêtre Jón Steingrímsson devint célèbre avec son eldmessa (« sermon du feu »). L’ensemble des habitants de Kirkjubæjarklaustur était réuni à l’église. Au même moment, la petite ville était menacée par une coulée de lave. Mais alors qu’ils étaient à l’église, la lave s’arrêta avant d’atteindre la ville.
Conséquences en Europe

On estime que 122 millions de tonnes de dioxyde de soufre furent émis dans l’atmosphère, l’équivalent de trois fois les émissions industrielles annuelles en Europe et l’équivalent d’une éruption comme celle du Pinatubo en 1991 tous les trois jours. L’émission de dioxyde de soufre coïncidant avec des conditions climatiques inhabituelles provoqua un épais brouillard sulfuré qui se répandit à travers l’Europe occidentale, provoquant des milliers de morts durant 1783

La famine liée aux mauvaises récoltes fut un élément déclencheur de la révolution française de 1789