Le Parc National d’Ordesa et du Mont-Perdu

Le Mont Perdu est le massif calcaire le plus élevé d’Europe avec  3355 mètres.

Ce site est l’un des rares endroits sur la planète à avoir reçu un double classement de l’UNESCO

Au titre de patrimoine de l’umanité, à la fois pour ses richesses naturelles et son patrimoine culturel.

Le système agro-pastoral:

Ce système à perduré jusqu’à nos jours un mode de vie agricole autrefois répandu dans les régions montagneuses d’Europe.

Il est resté inchangé au XXè siècle en ce seul endroit des Pyrénées. Il existe ainsi de nombreux villages de montagnes, de fermes, de champs, de hauts pâturages et de routes de montagne.

Ce système agro-pastoral basé sur le déplacement du bétail, des moutons, des vaches et des chevaux vers les pâturages d’altitude pendant les mois d’été

Il se distingue clairement de l’utilisation des terres dans les plaines environnantes.

Les vallées du Mont-Perdu et leurs cols ont servi de liens entre les deux communautés, qui avaient davantage de points communs entre elles qu’avec leurs communautés respectives dans les plaines.

L’exploitation des hauts pâturages comme ceux de Gaulis ou d’Ossoue sont un témoignage inestimable de ce système de transhumance. C’est l’un des rares lieux en Europe où la transhumance s’est maintenue depuis des siècles. Par des accords ancestraux, les fermiers espagnols font aussi paître leurs troupeaux du côté français.

L’installation de l’homme dans cette région remonte au paléolithique supérieur (40 000 – 10 000 av. J.-C.), comme en témoignent les sites tels que les cavernes d´Añisclo et d’Escuain, les cercles de pierre de Gavarnie et le dolmen de Tella.


Classement du parc

Il a été créé le 16 août 1918 par un décret royal qui déclarait Parc National la vallée d’Ordesa afin de protéger le bouquetin des Pyrénées du braconnage

Le bouquetin des Pyrénées

Ce bouquetin était une espèce endémique des Pyrénées, et malheureusement éteinte

En 1982, un nouveau décret royal décide d’englober la vallée d’Anisclo, la gorge d’Escuain, le massif du Mont Perdu et devient « Parc national d’Ordesa et du Mont-Perdu »

Il est inclus en 1997 dans la réserve de la biosphère Ordesa-Vignemale déclarée par l’UNESCO, et devient en 1997 l’ensemble Pyrénées-Mont Perdu inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, au double titre de « paysage naturel » et de « paysage culturel

Le Mont Perdu

Le versant nord a un climat maritime humide, tandis que sur le versant sud, le climat est méditerranéen et plus sec.

– au sud, côté espagnol : deux des canyons les plus grands et les plus profonds d’Europe : Ordesa (Arazas) et Anisclo, auxquels s’ajoute les gorges d’Escuain.

– au nord, côté français : quatre cirques glaciaires aux dimensions spectaculaires : Gavarnie avec l’une des plus hautes cascades d’Europe (423 m), Troumouse (11 kms de circonférence), Estaubé et Barroude, un peu plus à l’est.

Ce massif calcaire offre des paysages sculté à la fois par l’érosion glaciaire qui à creusé des cirques, torrentiel en creusant des canyon et pluviale avec la formation de karst

L’eau s’infiltrant en profondeur, elle resurgit sous forme de résurgence comme la magnifique cascade de Fon Blanca dans le canyon d’Anisclo sortant de la paroi

Spéléologie:

Le Mont Perdu enferme l’une des traversées souterraines les plus longue de la planète :12 jours sous terre et plus de 1000 mètres de dénivellé

C’est ici que l’on trouve les grottes glaciaires les plus hautes d’Europe

Les richesses du Mont perdu et de sa région ont attiré les grandes figures du Pyrénéisme comme Henry Russell, Louis Ramond de Carbonnières

Ce dernier fût l’un des premiers à faire connaître ces montagnes totalement méconnu du côté français

Franz Schrader réalisa les toutes premières cartes du secteur qui restait encore inconnu en 1830 si ce n’est de quelques bergers…